Entrez vos mot-clé, sujets ou thèmes voir tous
Courriel Imprimer
Environnements favorisés par cette action
Vidéo YoutubePour rendre le choix sain facile à faire

En bref

Collaborer à la mise en valeur de l’agrotourisme et des circuits courts du territoire comme attrait dynamisant le milieu.

Le but

Assurer le développement de l’emploi sur le territoire de la municipalité dans les domaines alimentaires et de loisirs (ex: activité récréotouristique, entreprise d’économie sociale).

Pourquoi agir?

  • Les entreprises commercialisant en circuits de proximité créent davantage d’emploi que la moyenne des fermes au Québec. De plus, ces circuits stimulent davantage l’établissement de nouvelles entreprises (Mundler et Laughrea, 2015).

  • Les fermes québécoises génèrent des revenus bruts importants et contribuent au PIB. Les dépenses et investissements des exploitants en agrotourisme et tourisme gourmand contribuent directement au PIB québécois pour un montant de 187 M$. Ils génèrent 7,2 M$ en revenus au gouvernement du Québec et 22,3 M$ en parafiscalité québécoise (Lemay Stratégies, 2016).

  • Les infrastructures pour le vélo créent en moyenne 11,4 emplois par million de dollars investi; les projets piétonniers génèrent en moyenne 10 emplois par million de dollars investi; et les projets routiers créent en moyenne seulement 7,8 emplois par million de dollars investi (Garrett-Peltier, 2011).

  • Le cyclotourisme et le marché du vélo font rouler l’économie à hauteur de 1,2 milliard de dollars par année au Québec, créent l’équivalent de 10 000 emplois, et font atterrir 150 millions de dollars dans les poches du gouvernement provincial sous forme de revenus d’impôts et de taxes (Vélo Québec, 2016).
  • Une des clés de la vitalité économique de chaque milieu réside dans le soutien à l’économie locale qui renforce l’activité économique globale et contribue à la création d’emplois locaux. De plus, cela représente un avantage pour l’environnement en limitant, notamment, les distances de transport d’approvisionnement. Et une entreprise qui fonctionne bien réinvestira, ce qui aura pour effet de renforcer l’économie locale (Fondation Rues principales, 2010).
  • L’agrotourisme et le tourisme gourmand connaissent une croissance importante dans les dernières années et prennent de plus en plus d’ampleur au sein de l’ensemble de l’industrie touristique québécoise. Ce phénomène se poursuivra, voire s’intensifiera, au cours des prochaines années. L’agrotourisme et le tourisme gourmand ont également la capacité d’être un véritable produit d’appel identitaire (Lemay Stratégies, 2016).
  • Le secteur bioalimentaire représentait environ 7 % du PIB et 12 % des emplois au Québec en 2013. Il est un moteur économique dans plusieurs régions (MAPAQ, 2017).
  • Si chaque consommateur achetait pour 30 $ de plus en produits québécois par année, on injecterait, en 5 ans, un milliard de dollars de plus dans l’économie locale (MAPAQ, 2007).
  • Les entreprises d’économie sociale (ou entreprises collectives) contribuent à la revitalisation des régions et des territoires par la mise en valeur des richesses locales, la création de nouvelles entreprises dans le milieu, le maintien de l’expertise et du savoir-faire, ainsi que la conservation des entreprises, des services de proximité et des emplois dans la municipalité par le transfert aux employés ou aux consommateurs (UMQ, 2017).
  • Investir dans les espaces naturels, plus particulièrement dans les corridors écologiques, contribue à préserver la biodiversité et à attirer les visiteurs. Cet investissement favorise le récréotourisme et génère des retombées économiques importantes pour les municipalités (MÉES, 2017).

Pistes d’actions concrètes

Maintenir et bonifier les programmes encourageant la mise en marché en circuit court destiné à l'approvisionnement des collectivités, notamment le programme à l'appui à la mise en marché de proximité.

Inciter les entreprises du territoire à tirer profit des occasions d'affaires que représente la mise en marché de proximité.

Créer des partenariats d'approvisionnement entre les milieux urbains et ruraux.

Inciter les établissements publics à s'approvisionner de producteurs et transformateurs locaux.

Appuyer les initiatives collectives visant la sensibilisation et l'éducation des consommateurs citoyens : aménagement de circuits visant à découvrir les diverses installations sur un territoire donné, activités de formation, calendrier des cultures mettant en vedette les producteurs agricoles, dégustations, etc.

Faire une nouvelle recherche

Recommencer le quiz

Inscrivez-vous à l'infolettre

Pour recevoir les nouvelles recommandations préparées par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et leurs mises à jour, inscrivez-vous à notre infolettre Le Pointeur.