Entrez vos mot-clé, sujets ou thèmes voir tous
Courriel Imprimer
Environnements favorisés par cette action
Vidéo YoutubePour rendre le choix sain facile à faire

En bref

Faciliter la création d’ententes avec les organismes et institutions du milieu pour assurer une mutualisation des ressources pouvant contribuer aux saines habitudes de vie.

Le but

Contribuer au développement des compétences alimentaires, culinaires et horticoles des citoyens sur le territoire afin d’accroître leur autonomie alimentaire.

Pourquoi agir?

  • Bien qu’il y ait un mouvement pour rehausser les compétences culinaires des jeunes au Québec, on observe que les ménages accordent moins de temps qu’auparavant aux activités alimentaires : planification, achat, préparation et moment des repas. Alors que 8 adultes sur 10 ont vu leurs parents cuisiner tous les jours, ce n’est qu’environ 4 parents sur 10 qui cuisinent aujourd’hui chaque soir. Les municipalités peuvent d'ailleurs contribuer favorablement au développement de ces compétences culinaires, essentielles au quotidien des citoyens. (Inspiré de Québec en Forme, 2011).

  • Vivre à moins de 500 mètres d’un restaurant-minute accroît de 15 % les risques de maladies cardiovasculaires. Ce risque s’élève à 17 % si, dans un rayon de 1 kilomètre, on compte 5 restaurants-minute ou plus (European Journal of Preventive Cardiology, 2018). Or, avec 8 000 établissements de restauration rapide au Québec, 55 % de la population vit à moins d’un kilomètre d’un restaurant de malbouffe et 60 % des écoles à moins de 750 mètres (INSPQ, 2018).

  • Les individus ayant acquis des compétences culinaires à l’adolescence sont plus susceptibles, une fois adultes, de cuisiner presque chaque jour des plats contenant des légumes, de manger en famille et de fréquenter les restaurants-minute moins souvent que ceux et celles n’ayant pas appris à bien cuisiner (Utter et collab., 2018).

  • Les jardins communautaires permettent de renforcer les liens sociaux et l’intégration de nouveaux arrivants. Les jardins collectifs et les fermes périurbaines présentent une occasion pour les personnes marginalisées de sortir de leur isolement et d’acquérir des compétences (100 degrés, 2017).
  • Les compétences alimentaires et culinaires constituent une clé pour permettre aux gens de manger sainement. Elles permettent d’être plus autonomes dans la sélection et la préparation des aliments et moins dépendants des restaurants rapides et des produits transformés souvent riches en sucre, sel et gras (Coalition Poids).

Pistes d’actions concrètes

Voir au partage des ressources humaines possédant une expertise pertinente pour les projets visant le développement des connaissances et des compétences (ex. : chargé de projet en mobilité active, animateur d'ateliers culinaires, accompagnateur en jardinage, etc.).

Voir au partage des installations, des infrastructures et équipements (ex. : cuisines, entrepôts, transport, matériel culinaire et outils de jardinage).

Faire une nouvelle recherche

Recommencer le quiz

Inscrivez-vous à l'infolettre

Pour recevoir les nouvelles recommandations préparées par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et leurs mises à jour, inscrivez-vous à notre infolettre Le Pointeur.