Entrez vos mot-clé, sujets ou thèmes voir tous
Courriel Imprimer
Autonomie alimentaire
De manière à répondre aux souhaits de ses citoyens, le conseil municipal de Val-David vient d’adopter des modifications réglementaires afin de favoriser la croissance de l’autonomie alimentaire sur son territoire. Ces nouvelles dispositions concrétisent les stratégies bioalimentaires durables énoncées dans le plan d’agriculture urbaine (PAU) que la municipalité avait élaboré l’an dernier. Elles ont pour objectif d’encourager la multiplication des initiatives d’agriculture villageoise.

Ainsi, les Valdavidois n’auront plus qu’à obtenir un certificat d’occupation pour garder jusqu’à cinq poules, à l’exclusion des coqs pour d’évidentes raisons de nuisances sonores. Et pourvu, bien sûr, de satisfaire aux normes en vigueur détaillées dans le guide. D’autre part, l’aménagement de potagers de façade est désormais autorisé, et ce sans demande de permis, mais en respectant certaines limites de superficie. De plus, on autorise l’utilisation de la broche pour clôturer les lots cultivés afin de les protéger contre la gourmandise des chevreuils.

Autre nouveauté, cette année, la surface permise pour l’aménagement de serres domestiques va plus que doubler, passant de 18 à 37 mètres carrés. Cette mesure devrait notamment permettre d’accommoder les nouvelles pratiques dans le domaine, telles que les serres solaires passives. Cependant, les personnes intéressées doivent au préalable obtenir un certificat d’autorisation. Tous les détails, guides et formulaires requis pour les pratiques d’agriculture villageoise, sont disponibles sur le site du village. Et même si le printemps se laisse un peu désirer, tous les Valdavidois et Valdavidoises sont invités à se retrousser les manches pour contribuer à l’implantation de l’autonomie et de la solidarité alimentaires au sein de leur communauté.

Source : Val-David

 

Inscrivez-vous à l'infolettre

Pour recevoir les nouvelles recommandations préparées par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et leurs mises à jour, inscrivez-vous à notre infolettre Le Pointeur.